keyboard_arrow_leftRetour

Jean et Matthieu Pittet, quel bazar !

Bella vita n°51 > Portraits, septembre 2017

schedule LECTURE 1 MIN

Créé en 1902 par leur arrière grand-mère, le Bazar d’Ouchy, dont Jean et Matthieu sont aujourd’hui les responsables, est un lieu mythique, presque magique et qui regorge de souvenirs, qu’ils soient liés à notre enfance ou ramenés par les touristes. Portrait de cette véritable caverne d’Ali Baba très helvétique.

C’est une adresse bien connue des Lausannois et prisée des visiteurs en quête d’un souvenir à glisser dans leurs bagages. Niché à deux pas du port, le bien nommé Bazar d’Ouchy offre chaque jour aux passants sa vitrine bondée d’objets aux couleurs du drapeau rouge à croix blanche, de coucous de toutes tailles et de jouets d’un autre temps. Lorsque vous en poussez la porte, le sentiment d’abondance vous envahit. Dans ce petit espace, une foule d’objets étonnants couvre chaque centimètre carré, du plancher au plafond, pour le plus grand plaisir des yeux. 

Au milieu, presque cachés derrière leur butin, deux trentenaires affables. Les frères Jean et Matthieu Pittet représentent la quatrième génération de propriétaires de ce magasin familial, ouvert par leur arrière grand-mère en 1902. Leur grand-père a repris le flambeau, puis leur mère avant que les deux compères ne reprennent l’affaire en 2015, chacun après s’être essayé à d’autres métiers, Matthieu dans le génie civil et Jean dans la banque. Mais tous deux se sont vite rendus compte que ce magasin comptait énormément pour eux. Tentés par l’idée de gérer leur propre commerce, ils n’ont pas eu à réfléchir longtemps avant de se lancer dans l’aventure. 

Et l’aventure est belle, car elle permet de rencontrer au quotidien des profils si différents, des touristes chinois à l’habitante du quartier. Car la boutique attire autant les visiteurs étrangers que les locaux, qui viennent chercher le jouet d’antan qu’on ne trouve pas ailleurs ou l’objet insolite comme ce calendrier perpétuel fabriqué par leur grand-père. Jean et Matthieu le clament en chœur, ils aiment toucher l’âme des gens. Comme celle de ce monsieur de 90 ans, qui leur fit part de son émotion de retrouver intact le magasin qu'il fréquentait tout petit et de replonger ainsi en enfance. 



bazarouchy.com