keyboard_arrow_leftRetour

Vortex, un projet qui séduit 

Bella vita n°51 > Immobilier, septembre 2017

schedule LECTURE 3 MIN

Palliant le manque de logements pour étudiants des Hautes Ecoles, le projet Vortex est conduit par Retraites Populaires sous mandat de la Caisse de pensions de l’Etat de Vaud (CPEV). Un bâtiment audacieux qui servira de village olympique pour les JOJ 2020.

On le sait, le campus de l’EPFL et de l’UNIL est en pleine effervescence. Avec quelque 25'000 étudiants, il est le deuxième plus important de Suisse. Une chance autant qu’un défi pour la région lausannoise qui souffre d’une pénurie de logements étudiants. Le Canton a donc pris la décision de bâtir un nouveau complexe susceptible d’accueillir environ 1’000 étudiants et hôtes académiques en un seul lieu.


Carte de visite pour Lausanne

Carte de visite pour Lausanne Ce lieu, c’est Vortex, qui constituera une nouvelle vitrine pour le campus, avec un bâtiment à l’architecture audacieuse et dont le premier coup de pioche a eu lieu le 15 mai. En forme de couronne circulaire se développant le long d’une rampe hélicoïdale longue de 2,8 kilomètres, il atteindra 27 mètres de hauteur pour 137 mètres de diamètre et proposera une surface de 36'700m2 environ. Les coûts de l'opération s'élèvent à CHF 156 millions et la livraison de l'ouvrage est prévue le 31 octobre 2019. Mais Vortex sera aussi un lieu symbole des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) puisqu’il servira de village olympique pour les 1'700 athlètes et accompagnateurs réunis en janvier 2020 à Lausanne pour cet événement planétaire. 

Le nouveau bâtiment est financé et réalisé par la Caisse de pensions de l’Etat de Vaud (CPEV), qui en est le maître d’ouvrage et propriétaire après avoir acheté le terrain au Canton. En charge des retraites de tous les fonctionnaires de l’Etat de Vaud, la CPEV investit régulièrement dans des projets immobiliers d'importance. Christian Budry, son président, ne tarit pas d’éloges pour Vortex, dont il avoue être tombé amoureux. « C’est un projet magique et enthousiasmant, qui promeut la jeunesse, le sport et le monde académique. Comportant peu de risques, il permet une bonne rentabilité sur le long terme, ce qui assure le paiement des rentes des retraités. Il s’agit donc d’un projet intergénérationnel. Difficile de faire mieux ! » Le nouveau bâtiment est financé et réalisé par la Caisse de pensions de l’Etat de Vaud (CPEV), qui en est le maître d’ouvrage et propriétaire après avoir acheté le terrain au Canton. En charge des retraites de tous les fonctionnaires de l’Etat de Vaud, la CPEV investit régulièrement dans des projets immobiliers d'importance. Christian Budry, son président, ne tarit pas d’éloges pour Vortex, dont il avoue être tombé amoureux. « C’est un projet magique et enthousiasmant, qui promeut la jeunesse, le sport et le monde académique. Comportant peu de risques, il permet une bonne rentabilité sur le long terme, ce qui assure le paiement des rentes des retraités. Il s’agit donc d’un projet intergénérationnel. Difficile de faire mieux ! » 


Une bouffée d'air

Autonome, la CPEV est une caisse gérée sous mandat par Retraites Populaires. C’est dans ce cadre que cette dernière est donc appelée à mener à bien le projet Vortex, sous l’autorité du Conseil d’administration de la CPEV. La construction, quant à elle, a été confiée à l’entreprise Losinger Marazzi. Directeur du Service immobilier de Retraites Populaires, Alain Lapaire souligne la mission d’intérêt public du futur bâtiment : « Vortex apportera une grande bouffée d’air dans la disette actuelle des logements étudiants, avec une augmentation de l’offre d’environ 30 %, ce qui est considérable ». Il se réjouit également d’un projet pour lequel l’Ecole hôtelière de Lausanne (EHL) a mis à disposition l'expérience acquise lors du développement de son campus.

C’est après avoir reçu les jeunes talents du sport mondial pendant les dix jours des JOJ 2020 que Vortex endossera son rôle de logements étudiants et proposera aussi un centre de vie enfantine, des locaux pour la vie culturelle et associative, un restaurant et des commerces. C’est la Fondation Maisons pour Etudiants Lausanne (FMEL) qui louera le bâtiment à la CPEV et en sera le gestionnaire.